Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juin 2013 6 15 /06 /juin /2013 21:26
Paroles et actes : découvrir un livre de la Bible (28 et fin)

En cette année de la Foi, du 2 décembre 2012 au 16 juin 2013, la paroisse sainte Foy d'Agen vous proposait de recevoir la Bible chez vous, plus particulièrement le livre des Actes des apôtres.

Paroles et actes : découvrir un livre de la Bible (28 et fin)

Si toutefois vous ne pouviez pas la recevoir et que vous souhaitiez lire les actes des Apôtres chez vous seul ou avec des amis, il a été proposé de retrouve sur ce blog, chaque semaine la présentation d'un chapitre de ce livre biblique.

Le 28ème et dernier chapitre des actes des apôtres est présenté cette semaine.

La Bible de référence pour cette présentation, en particulier l'intitulé des parties du chapitre est la Bible de la Liturgie. Mais toute lecture dans une autre traduction est possible !

  • Lire les actes des apôtres : cliquez !
  • Retrouver les commentaires des autres chapitres : cliquez !
Paroles et actes : découvrir un livre de la Bible (28 et fin)

Chapitre 28

Le vingt-huitième et dernier chapitre se présente en deux parties intitulées :

- Paul à Malte : nombreux signes du Seigneur (versets 1 à 10)

- Paul parvient à Rome : rejeté par les juifs, le témoin du Seigneur Jésus se tourne vers les païens (versets 11 à 31)

Au terme d’un long périple commencé par son retour à Jérusalem (cf. ch. 22 à 27), Paul arrive enfin à Rome, en prisonnier qui a fait appel au tribunal de l’empereur. Dans cet ultime chapitre des Actes, Saint Luc nous fait le récit de cette arrivée dans la capitale de l’Empire où il subira, quelques temps plus tard, le martyre. Dans ces quelques versets, l’auteur fait en quelque sorte le résumé de tous les Actes : une prédication liée à des actes miraculeux, l’opposition constante des juifs au message du Christ, et l’ouverture de la Bonne Nouvelle au monde païen.

Des paroles et des actes (28, 1-16)

Après la terrible tempête, que saint Luc a racontée dans le chapitre précédent, l’arrivée à Malte apparait comme un instant de grâce et de salut (v. 1). Les deux cent soixante seize naufragés sont bien accueillis et font même l’objet d’une bonté exceptionnelle de la part de personnes que les romains considéraient comme des barbares (v. 2). C’est leur superstition naturelle qui conduit ces habitants de l’ile à interpréter l’incident de la vipère (v. 3), d’abord, comme un effet de la justice divine (v. 4). Mais le résultat escompté ne se produisant pas, ils changent d’avis, et, considérant l’apôtre comme détenteur d’un pouvoir surnaturel, s’ouvrent à son message (v. 5-6). Toutes les guérisons qui vont suivre (v. 7-9), qui nous renvoient à tous les miracles des Actes, nous rappelle que la mission apostolique n‘est pas que paroles. Elle est aussi des actes, des signes qui se voient, qui corroborent la Parole et permettent à tous les témoins de s’interroger et de découvrir l’action du Seigneur. La réaction des Maltais manifeste bien l’accueil chaleureux qu’ils ont fait de cette action divine (v. 10).

De Malte à Rome le voyage se fera dans de bonnes conditions (v. 11-14).  Même s’il ne faut peut-être voir dans le nom du bateau qu’une simple coïncidence, le « patronage » de Castor et Pollux n’en reste pas moins remarquable : selon la mythologie grecque, ces fils jumeaux de Zeus étaient le symbole des jeunes gens en âge de porter les armes. Ils apparaissaient comme des sauveurs dans des situations désespérées et étaient les protecteurs des marins…. Même si les circonstances de son arrivée ne sont pas celles qu’il avait espérées (cf. Rm 15, 22-32), la chaleur de l’accueil à Rome redonne courage à l’apôtre qui va pouvoir ainsi affronter la dernière étape de sa mission (v. 15-16).

Le rejet des juifs (28, 17-27)

La communauté juive de Rome est importante et implantée depuis plus d’un siècle. Elle jouit d’une certaine bienveillance de la part de l’autorité impériale et a donc tout intérêt à ne pas être assimilée à des troubles de l’ordre public.

La rencontre avec cette communauté juive est à l’image de toutes celles que l’apôtre a eues avec d’autres communautés, au cours de tous ses voyages. C’est pour lui, le moment de justifier sa situation (v. 17-20) devant des autorités qui manifestent au mieux une certaine curiosité (v. 21-22), au pire une violente opposition.

Le témoignage exhortatif de Paul (v. 23) va provoquer le même effet que partout ailleurs. Un véritable schisme se déclare dans son auditoire (v. 24). L’apôtre ne peut alors que constater, prenant à témoin la parole même du prophète (cf. Is 6, 9-10), que l’heure de l’endurcissement d’Israël a définitivement sonné (v. 25-27). 

L’ouverture aux païens (28, 28-31)

Devant un  tel endurcissement, la conclusion est évidente : « c’est aux païens que le salut de Dieu a été envoyé (v. 28) ». L’heure de l’Evangélisation des nations, elle aussi, a définitivement sonné. Et c’est au cœur de l’Empire que se révèle cette universalité du salut.

Paul bénéficie d’un aménagement de sa peine. Il n’est pas incarcéré dans la prison commune mais reste sous la surveillance très stricte d’un soldat dans l’appartement qu’il a pu louer et qu’il occupera pendant deux années (v. 30). Ainsi donc, même si l’apôtre est enchaîné, la Parole reste libre (v. 31).

L’histoire apostolique se termine avec la fin des Actes des Apôtres. La doctrine apostolique commence avec l’épître aux Romains. Si la doctrine nous permet de comprendre l’histoire, l’histoire nous rend capable d’apprécier l’autorité et la force de la doctrine.

Partager cet article

Repost 0
Paroisse Sainte Foy d'Agen - dans parole
commenter cet article

commentaires

Parcours Alpha

Recherche Sur Le Blog

Dernières Actus

Accueil Chrétien de Loisirs "L'Etoile"

L'Accueil Chrétien de Loisirs "L'Etoile" est ouvert à tous,

les mercredis et vacances scolaires.

Renseignements, inscriptions : c'est ici !

Faire un don à l'Eglise