Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 novembre 2016 6 19 /11 /novembre /2016 06:10

La fin de l’année liturgique, nous fait écouter des textes qui parlent aussi de la notion de souffrance, que bien souvent nous évacuons vite de notre mémoire et de notre vécu. La souffrance demeure une réalité qui défigure, traumatise et choque les consciences. Comme me le disait, la semaine dernière un fidèle, « Je ne veux pas entendre parler de la souffrance, je ne comprends pas Dieu  ». Les décorations et les illuminations de Noël, nous montrent ce monde féérique. Loin d’être un apôtre de la souffrance, et loin de moi encore, toute apologie de la souffrance, je me permets de parler de notre responsabilité dans la souffrance, en essayant de nous questionner.

Frères et sœurs, l’homme a très vite fait devant la souffrance de rejeter sa faute sur Dieu. Or, cette faute est essentiellement en lui, lorsqu’il devient un loup pour son semblable. L’homme proteste que la vie est absurde et que le monde est mal fait. Mais n’a-t-il pas sa part de responsabilité dans ce beau gâchis ?

Que l’homme regarde les guerres et leurs cortèges effrayant de deuils, de souffrances physiques, psychologiques, économiques, c’est une véritable honte humaine sans parler des méfaits de l’alcoolisme et de la drogue, de l’imprudence au volant et de la recherche du profit à tout prix. A qui incombent toutes ces fautes ?

Que l’homme regarde toutes les souffrances dues à son incurie, à son imprudence ou à sa méchanceté, les catastrophes chimiques et leur millier d’empoisonnements à vie ; les catastrophes aériennes dues aux surcharges, les collisions entre véhicules roulant à vive allure après une nuit arrosée de bières ou de liqueurs, d’armagnac, de bon vin de Buzet, de Duras ou du Bordeaux. A qui la faute ?

A qui incombe la responsabilité lorsqu’un chauffeur conscient de la défaillance mécanique de son véhicule, fait quand même le chemin et va renverser ses passagers qui lui font confiance?

A qui la faute lorsqu’un maçon ne respecte pas le plan de construction et que le bâtiment s’effondre sur ses occupants ? Doit-on encore accuser Dieu, le Roi de l’univers ou doit-on mettre en doute sa providence ?

La providence de Dieu a "ses limites". Elle ne viendra pas compenser les carences, les négligences ou remédier aux limites, aux lacunes, aux insuffisances ou à la méchanceté de l’homme. Dieu n’est pas un bouche-trou.

A qui la faute si des nations du monde font la guerre aux autres ? A qui la faute si les hommes pour assouvir leur soif de pouvoir, tuent d’innocentes populations. Pourquoi tout ce mal ? Pourquoi tout ce sang qui coule ? Est- ce un désir de Dieu ?

Alors, frère et sœurs, si l’on applique à Dieu, l’idée de justice ou de vengeance de telle sorte qu’il exigerait un quota de punition, cela conduirait à un sadisme proche du blasphème et il est évident que cela sera insupportable. L’orgueil, la violence, l’intolérance la jalousie fraternelle, l’hypocrisie dans nos relations et l’esprit de vengeance en l’homme ne sont-ils pas les causes des souffrances imposées par l’homme à son semblable ?

Le mal qui fait naître la souffrance, est profondément enraciné en l’homme. Celui-ci doit prendre conscience de l’étendue de la souffrance dont il s’est lui-même rendu coupable.

Cette souffrance est parfois la conséquence des projets les plus nobles de l’homme. Il crée des systèmes d’exploitation, de violation des droits de l’homme, des structures d’injustice et d’abus de pouvoir pour mettre les autres à ses pieds. Tout cela engendre la souffrance qui parfois dépasse celle provoquée par la nature en ce sens que l’homme est capable d’une liberté perverse qui imagine des supplices raffinés. L’homme par sa folie meurtrière est allé jusqu'à organiser des holocaustes, des génocides. Dieu est-il responsable de tous ces massacres terroristes dans ce monde assoiffé de sang ?

Je peux le dire à qui veut l’entendre, non et non, mille fois non. Réalité pluridimensionnelle, la souffrance est un frein au bien être de l’homme. Elle défie sa connaissance et ébranle ses certitudes, ses assurances, ses convictions. C’est ma responsabilité. C’est ma responsabilité d’homme et de femme.

« Il vient », chanterons-nous bientôt pendant le temps de l’Avent ; il vient l’homme parfait, l’homme idéal, l’homme modèle pour tous et non « Top model ». Seul le CHRIST, le ROI, l’EMMANUEL, le PRINCE DE LA PAIX, l’ALPHA et l’OMEGA, nous tire de la souffrance et donne sens et consistance à notre vie.

Alors, qu’attendons-nous !

BONNE FÊTE DU CHRIST ROI DE L’UNIVERS

Constant BROU, « Le vagabond de Dieu ».

 

Partager cet article

Repost 0
Paroisse Sainte Foy d'Agen
commenter cet article

commentaires

Parcours Alpha

Recherche Sur Le Blog

Dernières Actus

Accueil Chrétien de Loisirs "L'Etoile"

L'Accueil Chrétien de Loisirs "L'Etoile" est ouvert à tous,

les mercredis et vacances scolaires.

Renseignements, inscriptions : c'est ici !

Faire un don à l'Eglise